Récit de voyage : Luc & Isabelle de Cacqueray, un tour du monde à la voile du Crouesty au Crouesty 5 juillet 2024

Faire le tour du monde en bateau, c'est se lancer dans une quête à travers des paysages et des cultures nouvelles. Ce rêve de tout plaisancier, Luc et Isabelle de Cacqueray l'ont réalisé ! Leur récit de voyage, vibrant et inspirant, s'adresse à tous les passionés du grand air et de la voile. 

Luc et Isabelle ont traversé les océans, visité des terres lointaines et surmonté des défis pour partager avec nous le bonheur de faire un tour du monde ! 

Leur livre ne se contente pas de décrire des paysages à couper le souffle, il nous plonge dans une aventure humaine riche en rencontres. 

Pour en savoir plus et vous procurer leur livre, c'est par ici : https://www.publier-un-livre.com/fr/le-livre-en-papier/3926-caroligui-toujours-plus-a-l-ouest-tome-1

 

Il existe, dans la tête de tout plaisancier un moment où, de façon insidieuse, au gré des lectures, au terme des croisières, se glisse la question de : « Et pourquoi pas le tour du monde ? »

 

Tout est passé en revue sur ce qui pourrait décider de mettre fin au rêve. Beaucoup abandonnent l’idée, d’autres persistent puis renâclent face à l’obstacle pour telle ou telle raison plus ou moins recevable.

 

Certains partent et s’arrêtent au gré de la route : Canaries, Antilles, Tahiti… Lassitude, soucis de santé, soucis familiaux, soucis techniques… la liste est longue de ce qui peut stopper les aspirants tourdumondistes.

Restent une petite partie de personnes qui le font, en dépit de ce qui précède, en dépit, pour ce qui nous concerne, de la pandémie COVID.

C’est à tous ceux qui en ont rêvé que notre « compte rendu de voyage » s’adresse. Quel intérêt y aurait-il à garder pour nous cet émerveillement mais, aussi, ces épreuves que nous avons partagées, à deux, beaucoup, avec des équipiers, un peu ? Selon nous, aucun.

Ce monde est peuplé de pays passionnants, de paysages magnifiques, et de tellement de belles personnes !

 

Notre voyage devait durer trois ans, le COVID nous a « obligé » à prolonger d’une année. De ce fait, certains pays n’ayant pas voulu nous accueillir, d’autres nous ont ouverts les bras. Nous pensons, par exemple à la Tanzanie et à la Namibie, peu connus des voileux mais si attachant de par l’humanité de leurs habitants.

Dans notre pseudo « malheur » lié au confinement, nous avons eu le bonheur de pouvoir côtoyer de plus près la population polynésienne et, singulièrement les marquisiens. Ah ! Les Marquises ! Peu encombrées par les touristes, et pour cause, elles nous ont accueillis comme des leurs dès le moment où nous avons respecté leurs us et coutumes, dès le moment où nous n’avons pas demandé de passe-droit, même après trente-trois jours de mer : confinés comme tout le monde. Ils nous ont rendu ce respect avec des attentions qui nous émeuvent encore rien que d’y penser.

 

Le maitre mot, dans ces pays qui disposent de peu mais vous donnent beaucoup, c’est : partage.

C’est cette philosophie qui nous a guidés tout au long de ces quatre années. Décrivant, au fil de l’eau, notre avancée, nos rencontres, nos émerveillements, nos galères aussi, nous avons voulu donner cette essence que nous sentions à chaque étape. Transmis via notre blog à nos familles, nos amis de longue ou fraiche date, nous en avons extrait ce récit.

 

C’est notre contribution à ce partage, puisse-t-il, comme le chantait Johnny, vous donner l’envie d’avoir envie d’y aller.

 

C’est tout ce que nous vous souhaitons, bienvenus à bord et bon vent.

 

CAROLIGUI Toujours plus à l'ouest (Préface de Yann Quenet) - Luc et Isabelle

 

 

Toutes les actualités

Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience en ligne possible. En cliquant sur Accepter, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez à tout moment modifier vos préférences.

J'accepte